Grand Chelem

Open d’Australie (F) : Entre méforme et incertitudes, les Françaises sont dans le flou

Caroline Garcia, Open d'Australie, Melbourne, Gippsland Trpphy, 2020

6 Françaises sont à Melbourne pour disputer l’édition 2021 de l’Open d’Australie, aux conditions si particulières à cause de la pandémie de Covid-19. En attendant le début de la compétition (encore) prévu lundi, petit tour d’horizon sur la situation des joueuses tricolores.

Caroline Garcia : meilleure chance française ?

Encourageant. Voici le mot qui revient souvent pour définir les dernières performances de Caroline Garcia. Seule Française à avoir passé 2 tours cette semaine, elle a tenu son rang avant de s’incliner logiquement contre Elise Mertens (20e mondiale). Pour son tournoi de reprise, Garcia a livré un parcours dans la lignée de sa fin d’année 2020 : un service solide, un mental retrouvé mais une inconstance qui l’empêche d’aller plus loin. La 44e mondiale est encore très loin du niveau qui lui avait permis d’atteindre le top 4 du classement WTA (septembre 2018), mais après des mois à traîner sa peine, elle s’en contentera.

Peut-elle réitérer ses performances de l’US Open (victoire contre Karolina Pliskova) ou de Roland-Garros (huitièmes de finale) ? Elle semble la Française la mieux armée pour réaliser un coup à Melbourne, mais elle devra le montrer rapidement. Si Garcia passe l’obstacle Polona Hercog, elle pourrait rencontrer Naomi Osaka dès le 2e tour.

Fiona Ferro et Alizé Cornet : L’automne semble loin

Fiona Ferro aborde l’Open d’Australie pour la première fois dans la peau de la n°1 Française. Tube de l’automne sur terre battue, avec un titre à Palerme et un huitième à Roland-Garros, elle ne possède cependant pas les mêmes références sur dur extérieur. De plus, Ferro n’attaque pas le Grand Chelem australien dans les meilleures conditions. Victime d’une intoxication alimentaire à Abu Dhabi, où elle devait faire sa rentrée, la Française n’a repris la compétition que ce dimanche, pour une défaite contre Shelby Rogers. Une déroute qui lui permet tout de même de bénéficier d’une vraie semaine d’entraînement pour se préparer au mieux avant le tournoi. Elle en aura besoin pour se défaire de Katerina Siniakova au premier tour.

Alizé Cornet a bien passé un tour cette semaine, mais sans plus. Victorieuse d’un match accroché face à Alja Tomljanovic, la Niçoise n’a en revanche rien pu faire contre Naomi Osaka. Une préparation loin d’être transcendante, et qui ne génère pas vraiment d’attentes autour de la joueuse française. Il faudra tout de même s’en méfier. Cornet reste encore capable de réaliser de jolie parcours en Grand Chelem, comme elle nous l’avait montré sur le dernier US Open en atteignant les huitièmes de finale. Elle aura droit à un premier tour à sa portée contre la qualifiée russe Valeria Savinykh.

Kristina Mladenovic : Un plongeon à arrêter

Kristina Mladenovic pourra-t-elle stopper la dynamique négative dans laquelle elle est plongée ? La Française n’a plus gagné deux matchs de suite depuis le tournoi de Dubaï en février 2020. Les images de ses performances exceptionnelles en finale de Fed Cup semblent si loin… Depuis, il y a eu des propos polémiques à l’US Open, des défaites certifiées FFL en Grand Chelem, et surtout un enchaînement de contre-performances.

Kristina Mladenovic, Melbourne, Yarra Valley Classic, 2020

Kristina Mladenovic à la peine – Melbourne, Yarra Valley Classic, 2020 – Crédit Photo : Getty Images

Encore à la peine cette semaine (défaite au 1er tour contre Jessica Pegula), les signaux sont loin d’être bons pour la Française, avant d’aborder un tournoi qui ne lui réussit plus en simple (aucune victoire depuis 2017). Surtout, que la 50e mondiale aura droit à un gros morceau dès le premier tour puisqu’elle a hérité de Maria Sakkari, tête de série 20 du tournoi. Reste une éclaircie pour Mladenovic : elle continue de cartonner en double avec sa meilleure amie Timea Babos. Tenantes du titre, les deux joueuses seront largement favorites à leur propre succession.

Chloé Paquet et Clara Burel : Que du bonus

Pour ces deux joueuses, leur Open d’Australie est déjà réussi. Chloé Paquet et Clara Burel ont validé leur ticket pour le tableau prinicipal en s’extirpant des qualifications. Pour la première citée, c’est une délivrance. Paquet n’avait plus remporté de match en simple depuis février 2020, soit une série de 9 défaites consécutives (!). A 26 ans, la Française va enfin disputer son premier Grand Chelem hors Roland-Garros. Elle aura une belle opportunité de prolonger son voyage australien contre une autre qualifiée, l’Egyptienne Mayar Sherif.

En revanche, il ne s’agira pas du premier Open d’Australie de Clara Burel, invitée grâce à la fédération française en 2019. Mais à seulement 19 ans, elle aura une nouvelle occasion de montrer tout son potentiel, quelques mois après son beau parcours à Roland-Garros, où elle avait atteint le 3e tour. Cela passera par une habituée du top 100, la Belge Alison Van Uytvanck.

Clara Burel à Roland-Garros – Crédit Photo : FFT

Crédit Photo en Une : Antoine Couvercelle/L’Equipe

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire