Basketball

Top 5/ Flop 5 NBA (J1) : Andre Drummond retrouve des couleurs

Andre Drummond en mode géant

La surprise Andre Drummond et la déception Andrew Wiggins. Confirmation pour Brandon Ingram et Trae Young, Kyrie Irving qui montre les muscles. Découvrez notre Top/Flop de cette première semaine en NBA.

 

Top 5: Andre Drummond écrase la concurrence

Arrière: Kyrie Irving (Brooklyn Nets)

Quand il est à ce niveau, Kyrie Irving est un des meilleurs meneurs en NBA. 26 points lors du match d’ouverture contre les Warriors et 37 points lors du match de Noël contre les Celtics, le tout à plus de 60% de réussite ! Après une première saison gâchée par les blessures, Kyrie Irving a été impressionnant lors de ces deux premiers matchs et son duo avec Kevin Durant s’annonce terrifiant pour les adversaires de Brooklyn. Même s’ils ont perdu contre les Hornets avec un Kyrie plus discret (25 points), les Nets se positionnent en favoris dans la conférence Est.

Arrière: Trae Young (Atlanta Hawks)

Trae Young a la main chaude ! Considéré comme un des meilleurs shooteurs NBA après seulement deux saisons dans la ligue, le meneur d’Atlanta a fait honneur à sa réputation avec deux matchs à plus de 35 points. Contre Chicago, il a été presque parfait avec 83% de réussite. Plus maladroit contre Memphis, son coup de chaud en deuxième mi-temps a permis à son équipe de s’imposer. Dans le sillage de leur prodige, les Hawks remportent donc leur deux premiers matchs et ce malgré de nombreuses absences.

Intérieur: Domantas Sabonis (Indiana Pacers)

On attendait Domantas Sabonis et les Pacers en ce début de saison. Pour l’instant, ils n’ont pas déçu avec trois victoires dont une contre Boston, un des outsiders de la conférence Est. Si Indiana a gagné tous ses matchs, c’est en partie grâce à son intérieur lituanien. Après avoir inscrit 32 points (record en carrière) contre les Knicks, il a réalisé son cinquième triple-double en carrière contre les Bulls. Contre Boston il a été un peu moins adroit, mais il signe quand même son troisième double-double de la saison avec surtout le panier de la gagne au buzzer ! Suffisant pour être élu joueur de la semaine à l’Est. Le fils d’Arvydas est, pour l’instant, le meilleur marqueur, le meilleur rebondeur et le meilleur passeur de son équipe.

Intérieur: Brandon Ingram (New-Orleans Pelicans)

MIP de la saison dernière, Brandon Ingram continue sur sa lancée. 26.7 points, 7.3 rebonds et 6.7 passes, le coéquipier de Zion Williamson n’a pas connu de retard à l’allumage lors de ce début de saison. Avec leur duo dynamite Ingram/Williamson, les Pelicans se placent en outsider de la conférence Ouest. Ils ont bien lancé leur saison avec deux victoires en trois matchs. Si Zion peut prendre feu à tout moment, Brandon Ingram semble être un joueur peut-être moins explosif mais plus régulier. La preuve, il vient d’être élu joueur de la semaine dans la conférence Ouest.

Pivot: Andre Drummond (Cleveland Cavaliers)

On attendait les Cavs comme une des pires équipes de la ligue, ils ont finalement commencé la saison avec trois victoires. Évidemment Andre Drummond a été un des artisans de ces trois victoires. Avec trois double-doubles dont un énorme match contre Détroit, Andre the Giant a impressionné. Face à son ancienne équipe, il finit le match avec 23 points, 16 rebonds, 5 passes, 4 interceptions, 3 blocks et une victoire en double prolongations ! Avec une raquette ultra-physique, Cleveland ne s’inscrit pas dans la modernité mais pour le moment ça fonctionne.

 

Flop 5: Andrew Wiggins, nouveau faux-départ

Arrière: Jamal Murray (Denver Nuggets)

Un match complètement raté pour l’ouverture de la saison (9 points à 1/9 au shoot) contre Sacramento, un deuxième match à peine mieux contre les Clippers (23 points à 45% au shoot), Jamal Murray semble être resté coincé dans la bulle ! En plus de ne pas marquer beaucoup de points, il n’a distribué que quatre passes décisives lors de ses deux premiers matchs. Résultat, les Nuggets se sont inclinés deux fois pour débuter la saison. Nikola Jokic a pourtant réalisé (quasiment) deux triple-doubles pour commencer l’année mais il a absolument besoin de son fidèle lieutenant pour exister dans une conférence Ouest qui s’annonce redoutable.

Arrière: Andrew Wiggins (Golden State Warriors)

Son aventure à Golden State ressemble à celle de la dernière chance pour le numéro un de la draft 2014. S’il est difficile de juger après seulement quelques matchs, la saison d’Andrew Wiggins démarre très mal. Lors des deux gifles reçues par les Warriors pour inaugurer la saison, l’ailier a complètement dévissé au shoot avec un horrible 29% de réussite pour seulement 12,5 points de moyenne. Contre Chicago, les Warriors se sont enfin imposés et Andrew Wiggins a marqué 19 points à 40% au shoot. C’est mieux mais toujours insuffisant… Avec la perte de son splash brother, Steph Curry a besoin d’aide en attaque. Pour l’instant, ni Kelly Oubre, ni Andrew Wiggins ne répondent présents.

Intérieur: Davis Bertans (Washington Wizards)

Il n’est évidemment pas la star des Wizards mais si les dirigeants de Washington lui ont offert un contrat de 80 millions sur cinq ans, c’est avant tout parce qu’il est un shooter fiable. Le problème est que le shooter letton parait déréglé en ce début de saison… 15 points par match à 42 % à trois points la saison dernière, et seulement 9 points de moyenne cette saison avec un pourcentage d’à peine 35%. Lors des deux matchs contre Orlando, il a été complètement transparent et pourrait vite souffrir de la concurrence de Deni Avdija, l’interieur rookie. Même s’il n’est pas le seul responsable, les Wizards ont commencé la saison avec trois défaites…

Intérieur: Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks)

25 points et 13 rebonds de moyenne, les stats sont là mais les prestations du double MVP sont décevantes. Lors de la victoire contre les Warriors pour le match de Nöel, il a été très maladroit (28% au shoot) malgré la victoire de son équipe. Contre New York, il a souffert face à Julius Randle et les Bucks s’inclinent (130-120) au Madison Square Garden. Si Khris Middleton a réussi son début de saison du côté de Milwaukee, ce n’est pas le cas de Giannis Antetokounmpo qui semble encore en rodage…

Pivot: Tristan Thompson (Boston Celtics)

À la recherche d’un big man dominant depuis plusieurs saisons, les Celtics ont jeté leur dévolu sur Tristan Thompson à l’intersaison. Pour l’instant, le pari n’est pas forcément réussi avec trois matchs plutôt timides de l’ancien joueur des Cavaliers. Moins de dix points de moyenne, seulement huit rebonds par match et deux défaites en trois matchs pour Boston. Il est évidemment trop tôt pour juger, mais la greffe Tristan Thompson ne parait pas évidente dans le collectif des Celtics. Ce n’est que notre avis !

 

Crédits Image en Une : Clutchpoints

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire